Wout van Aert : « Je veux gagner toutes les courses »

wout-van-aert-interview-zonhoven

Sept succès en huit courses disputées. Wout van Aert a définitivement marqué la saison, en quelques cyclo-cross seulement. Leader des trois challenges majeurs, Superprestige, Bpost Bank Trofee et Coupe du monde, Van Aert s’est imposé dimanche à Zonhoven, un nouveau succès d’envergure. (Propos recueillis à Zonhoven).

 

Wout, deux victoires en deux jours après un premier échec à Valkenburg. Back to business?

Oui et c’est rassurant. La semaine dernière a été très difficile pour moi. J’ai compris avec le recul que je n’étais vraiment pas bien à Valkenburg à l’occasion du Caubergcross. Dès la fin de la course, j’ai tout de suite senti que quelque chose n’allait pas. J’avais un problème avec ma santé. Je me suis même senti un peu mal, j’ai eu des frissons durant l’après-midi. Lundi et mardi ont ensuite été mes pires journées de la saison jusque là. Je n’étais pas vraiment malade, sinon je n’aurais pas pu produire un tel effort sur le circuit de Zonhoven, mais j’étais quand même diminué. Je suis pourtant sorti à l’entraînement sans produire de grosses intensités. Je me suis entraîné normalement dès mercredi. C’était finalement bien de prendre deux jours de repos. Mon corps en avait sans doute besoin après ce gros début de saison ! J’ai alors ressenti une fraîcheur nouvelle dans mes jambes. Je pense que nous avons vu le retour du Wout des premières courses ce week-end, à Kruibeke et Zonhoven.

 

Vous avez été très fort ce week-end, les autres coureurs ne peuvent espérer briller qu’en début de course seulement.

J’ai à chaque fois construit mes victoires environ à la mi-course. Le Polderscross de Kruibeke était aussi une course très belle et difficile samedi. Le dénivelé et une petite côte après l’arrivée ont rendu les accélérations délicates. J’ai placé une première attaque car je me sentais très bien. Je me suis retrouvé avec Michael Vanthourenhout à la fin et il a cédé après une nouvelle accélération. Ça reste une belle victoire même si ce n’est qu’une course nationale. Ce dimanche, à Zonhoven, le plan était bien sûr d’attendre un petit peu, de patienter. Mais après deux tours j’étais devant. J’ai décidé de rouler à mon rythme et j’ai rapidement compris que j’étais au-dessus des autres. Mes qualités de coureur à pied sont plutôt bonnes et je pense que ça m’a grandement favorisé aujourd’hui lors de la grande montée du « Kuil » et à d’autres endroits aussi. L’écart était alors plus grand donc j’ai décidé d’accélérer à un rythme que je pouvais tenir toute la course. Taper dedans dans les parties difficiles, prendre du repos dans les sections plus faciles : les deux ingrédients de la victoire.

 

Gagner à Zonhoven, c’est forcément quelque chose d’exceptionnel avec cette ambiance unique ?

C’est très agréable de gagner une course comme ça. J’ai beaucoup entendu parler de cette ambiance dans la fosse, tout le monde ne parle que de ça en fait. J’ai couru ici plusieurs fois par le passé mais chez les espoirs. C’était déjà bien mais là avec les professionnels c’était juste fou ! Dans les derniers tours je me répétais en boucle : « Profites-en, profites-en ! ». Je pense qu’on peut comparer cela à ce que peut ressentir un joueur dans un stade de football. C’est un grand trou, il y a un son très fort du public, c’est unique en Europe dans le cyclo-cross. Cette course est très spéciale à cause de sa difficulté et de cela, la présence du public. Mais la principale difficulté de ce cyclo-cross n’est pas là car vous pouvez bien sûr perdre la course chaque tour dans le passage du sable et cette « kuil ». C’est très dangeureux, il y a des trous dans le bas de la descente.

 

Tout a commencé à Oudenaarde l’an dernier, lors du Koppenbergcross. Le public y a découvert le Wout van Aert d’aujourd’hui. Vous avez forcément envie d’y regagner dimanche ?

En fait, pour ne rien vous cacher, je veux gagner toutes le courses. J’aimerais bien remporter tous ces cyclo-cross auxquels je participe car ils ont tous une Histoire. Mais Zonhoven, le Koppenbergcross et les Championnats d’Europe le week-end suivant sont de très grandes courses ! Je pense que Sven Nys sera très fort dimanche prochain sur les pavés du Koppenberg. Il voudra gagner là-bas pour sa dernière saison. Il a déjà levé les bras neuf fois à Oudenaarde et je l’ai battu l’an dernier. Il aura une revanche à prendre. Le Koppenbergcross 2014 a en effet été le commencement de ce que je suis maintenant. Et c’est sûr que j’aimerais m’imposer une nouvelle fois là-bas. Je vais tout donner pour y arriver encore mais ce ne sera pas simple.

 
Lire aussi : Zonhoven, septième merveille de Wout van Aert / Le cyclo-cross de Zonhoven en photos

CXSTATS