Montréal annulé, une Coupe du monde (encore) tronquée

Garrigan

La deuxième manche de la Coupe du monde 2015-2016 initialement prévue à Montréal est annulée, information révélée par l’organisateur canadien ce lundi puis confirmée par l’Union Cycliste Internationale. Des problèmes financiers empêchent la bonne tenue de l’événement, situation déjà connue à Roubaix l’an dernier ; une Coupe du monde encore réduite : 7 manches disputées, une seule finalement sur le continent américain. Photo : Yefrifotos.

 

Des problèmes financiers

Inattendue au calendrier, l’inscription du cyclo-cross de Montréal au programme de la Coupe du monde en février dernier promettait un premier détour outre-atlantique. Seul le CrossVegas accueillera le challenge UCI en septembre prochain sur le sol américain en raison de l’annulation de l’épreuve prévue au Canada : « Les défis et les enjeux que nous avons rencontrés relevaient principalement des volets logistiques et financiers. Par manque de temps, nous n’avons pu rassembler tous les partenaires jugés nécessaires pour assurer la livraison d’un événement de qualité selon les standards de la Coupe du monde. » ; a ainsi expliqué le Président de Gestev et organisateur de la compétition Patrice Drouin. Une annulation qui remet alors en cause les dernières évolutions positives du cyclo-cross canadien, discipline aujourd’hui incarnée par divers crossmen (Mike Garrigan, Mark McConnell, Geoff Kabush), crosswomen (Catharine Pendrel, Maghalie Rochette, Mycal Dick) et sponsors (The Shimano Canadian Cyclocross Championships). Mais un développement plus délicat en région francophone, à l’image d’une première annulation rencontrée à Rimouski en octobre 2014.

 

Coupes du monde et annulations vont de pair

À l’image de la précédente édition, la Coupe du monde sera ainsi tronquée d’une manche. Les organisateurs du cyclo-cross de Roubaix jetaient effectivement l’éponge l’an dernier, pour des raisons déjà budgétaires et plus précisément liées à une production TV non prise en charge par la Fédération ou divers partenaires médias. Six manches composaient alors le calendrier de l’ultime Coupe du monde, sept manches pour la prochaine édition qui débutera donc à Las Vegas le 16 septembre. Les rendez-vous suivants ce cyclo-cross nocturne seront donc européens : Valkenburg, Koksijde, Namur, Zolder, Lignières et enfin Hoogerheide. Milton Keynes retirait pour rappel sa candidature dès janvier après pourtant une première compétition britannique « couronnée » de succès en novembre 2014 mais en concurrence avec des matchs de la Coupe du monde de rugby en 2015 ; cyclo-cross alors annulé. Un succès certes populaire mais aussi un échec financier à la lumière de rapports récents démontrant des pertes estimées à 200 000 £ lors de cette manche non-continentale.

 

La course aux points relancée

Un report est néanmoins espéré, une première organisation canadienne en Coupe du monde à Montréal étant probable pour septembre 2016. Le détour américain est toutefois sérieusement remis en cause, à la lumière d’une véritable course aux points entamée l’an dernier en lien avec le règlement UCI alors modifié. Les crossmen membres du top 50 mondial sont en effet de droit enregistrés au départ des manches de Coupe du monde, là où les points les plus élevés sont distribués (en dehors des Mondiaux) ; règle qui touche la sélection belge dans la mesure où tout coureur absent de cette élite est écarté de l’effectif national. Or, une seule manche sera disputée en septembre sur le sol américain contre deux encore programmées récemment. Le CrossVegas entre alors directement en compétition avec la première manche de l’EKZ Cross Tour parcourue à Baden en Suisse : épreuve de classe 1 où la concurrence sera logiquement inférieure à celle présente au Nevada, se déroulant en amont du CrossVegas. Une épreuve ainsi comptabilisée pour le premier classement mondial de la saison qui déterminera notamment la sélection belge pour le 18 octobre et Valkenburg.

CXSTATS